Faire une recherche

Actualités, ressources, marchés, documenthèque etc.

FR

Contact
Accueil Prestations FAQ

Projet de renforcement de l’unité d’incinération du Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA (CNHU-HKM) de Cotonou

Projet de renforcement de l’unité d’incinération du Centre National Hospitalier Universitaire Hubert Koutoukou MAGA (CNHU-HKM) de Cotonou

Catégorie : Rapports d'Etude et d'Impact Environnemental et Social

Les activités de soins permettent de protéger la santé, de guérir des patients et de sauver des vies. Mais elles génèrent des déchets dont approximativement 20% représentent un risque infectieux, toxique, traumatique ou radioactif. Cependant, une mauvaise gestion de ces risques peut mettre en danger le personnel de soins, les employés s’occupant des déchets médicaux, les patients et leur famille,
l’ensemble de la population. D’autre part, le traitement ou le dépôt inadéquat de ces déchets peut représenter un risque de contamination ou de pollution de l’environnement.

Les normes de l’OMS stipulent que les hôpitaux ont la responsabilité des déchets qu’ils produisent. Ils doivent s’assurer que la manipulation, le traitement et l’élimination de leurs déchets n’auront aucune conséquence néfaste sur la santé ou sur l’environnement.

Cette responsabilité pourrait s’étendre également à l’endroit des PTF qui accompagnent le pays à travers la dotation des centres de santé d’équipements de soins et de produits de vaccination. Fort de cela, la Banque Mondiale principal bras financier du Projet de préparation et de réponse à la COVID-19 a doté et installé dans plusieurs formations sanitaires des incinérateurs modernes de type semi-électrique pour assurer une bonne gestion des Déchets Biomédicaux issus de ses campagnes de vaccinations mais également de la mise en œuvre des divers soins de santé dans ces centres.

Au-delà de ces dotations le constat fait révèle que certaines formations sanitaires des zones couvertes par le projet continuent de souffrir de l’inefficacité des incinérateurs disponibles dans leurs unités de gestion des déchets médicaux. Le CNHU -HKM se retrouve en plein dans cette situation. En effet, le constat fait révèle que l’unité d’incinération du CNHU tourne au ralenti du fait de l’état de défectuosité de deux parmi les quatre incinérateurs qu’elle dispose. De plus, selon les agents, les deux fonctionnant, sont plus dans le broyage que l’incinération. Il urge de ce fait de corriger cette situation déplorable au regard de la nature toxique et dangereuse des déchets médicaux.

Ainsi pour renverser cette situation, une demande a été adressé à l’endroit de l’UGP/REDISSE pour une dotation d’un incinérateur moderne de type semi-électrique. Au regard de l’échos favorable accordé à cette demande par la coordination du projet PPRC REDISSE, il a été initié une série d’actions en faveur de la sauvegarde environnementale et sociale conformément aux exigences de la réglementation nationale et de de la Banque mondiale, partenaire financier du projet.

Au nombre de ces actions, il faut mentionner la réalisation d’un screening environnemental et social a été réalisé. Il a permis de constater que la mise en œuvre de ce sous-projet engendrerait des modifications significatives sur les composantes du milieu naturel et du milieu humain. Au regard de cela, il a été recommandé de réaliser une étude environnementale et sociale afin de déterminer les impacts potentiels des activités à réaliser puis de proposer les mesures afférentes pour leur prise en compte effective.

Ainsi, en tenant compte de la NES 1 de la Banque Mondiale, du décret n°2022-390 du 13 juillet 2022 portant organisation des procédures de l’évaluation environnementale et sociale en République du Benin et du rapport de screening environnementale, une Etude d’impact environnemental et social (EIES) Simplifié a été réalisée. Le présent rapport vient rendre compte des résultats de cette étude.

Par : Ministère de la Santé/CNLS-TP/PPRC

Ouvrir document

2

257 pages